Melting Vote: e-consultation à l’université

Deux entretiens ont été menés pour étudier les effets de Melting Vote au sein d’une université. Le premier avec Eliott Raoult, co-fondateur de Melting Vote et le second avec Catherine Dedourge, membre de l’administration de l’Université Catholique de Lille.

Co-fondateur et Chier Product Officer de Melting Vote, Eliott Raoult est également étudiant à HEC. Il s’occupe de la partie School qui oriente la plateforme vers une application dans les écoles et universités.

Quelle est l’usage de Melting Vote dans le milieu universitaire ?

C’est un outil très pertinent dans les écoles. Face à une administration en peine pour obtenir des retours sur expérience de la part des étudiants, la plateforme permet de faire remonter les informations de la base vers le corps enseignant et le personnel administratif. Souvent, les évaluations des cours en fin de semestre sont mal renseignées et l’échange trop peu constructif. A travers la plateforme, nous recherchons à encourager un échange à toutes les échelles (campus, promotions d’élèves, cours…) et ce tout au long de l’année afin d’améliorer en continu le service des écoles et des universités.

Quels enseignements les premières utilisations permettent de tirer ?

Nous avons mis en place Melting Vote à l’Université catholique de Lille. L’une des tendances intéressantes est que cela fonctionne bien pour les nouveaux arrivants à l’Université. Les promotions d’étudiants en première année en gestion et finance ont su s’approprier l’outil là où des promotions plus âgées conservent des canaux d’échanges reposant sur leurs habitudes dans l’établissement ou leurs relations existantes avec le corps enseignant. C’est donc un usage à mettre en place dès l’arrivée à l’université, le plus difficile est le lancement. Il faut créer une dynamique; dès que l’étudiant arrive, il dispose de cet outil pour dialoguer avec l’administration.

Prévoyez-vous d’autres applications dans le milieu universitaire ?

Oui, la partie School de Melting Vote tend à se développer. Un développeur a rejoint l’équipe récemment, cela offre de la flexibilité. Nous avons pour objectif de déployer la plateforme à HEC, Sciences Po et d’autres écoles durant le premier semestre 2020.

Vers un véritable dialogue entre l’administration et les étudiants

A travers l’usage de la plateforme dans les écoles, il apparaît que Melting Vote favorise l’échange entre les différentes parties au sein de l’institution. La remontée de l’information permet à la fois le traitement de demandes spécifiques mais également un retour sur expérience de la part des étudiants, l’idée étant que cela soit entendu et pris en compte par l’administration et le corps enseignant dans la gestion future de l’Université. Les réponses indiquent clairement que le défi principal est de changer la forme de l’échange entre les étudiants et l’administration. Cela passe par l’instauration d’une culture du dialogue dès l’arrivée à l’Université en favorisant un échange continu. Les observations effectuées par E. Raoult illustrent la faiblesse de ses pratiques chez les promotions anciennes, plus intégrées et habituées à une communication traditionnelle avec l’administration.

Catherine Dedourge est responsable pédagogique des licences d’économie-gestion de l’Université Catholique de Lille, elle gère également les programmes management des trois promotions (environs 500 étudiants).

Avez-vous pu tirer des avantages de notre plateforme?

Melting Vote m’a permis de pouvoir rapidement tâter le pouls de la promotion alors que je n’avais aucun moyen de le faire auparavant. Grâce aux retours des étudiants, je peux proposer des mesures correctrices pour faciliter leurs études ou leur expliquer pourquoi nous choisissons cette méthode pédagogique plutôt qu’une autre.

Quel est pour vous l’intérêt d’expliquer aux étudiants vos choix sur leur enseignement ?

Melting Vote installe davantage de transparence entre les étudiants et les responsables pédagogiques. Ces retours fréquents nous donnent des pistes de réflexion pour améliorer l’enseignement en plaçant l’étudiant au centre, sans toutefois nous retirer le pouvoir de décision. Bien sûr, cette plateforme nous alerte sur les problèmes quotidiens et techniques que rencontrent les étudiants, ce qui nous permet de leur faciliter la vie. Les échanges montrent que nous sommes à l’écoute des étudiants et j’espère que le fait de les faire participer les impliquera davantage dans leur travail.

En quoi la plateforme est-elle différente des autres moyens de communication à votre disposition ?

D’abord les évaluations d’enseignement de fin d’année sont majoritairement ignorées ou remplies à la va-vite. D’autre part, les délégués n’interrogent pas l’ensemble des élèves, s’ils le font les réponses obtenues ne sont pas toujours sincères, et leurs retours sont biaisés par leurs propres intérêts et par le regard que nous portons sur eux. L’anonymat des propositions sur Melting Vote permet de connaître l’avis réel des étudiants et le système de vote donne une idée de ce qui est le plus important pour eux.

Comment l’outil a-t-il été accueilli par les professeurs?

Au début l’annonce de l’outil a provoqué quelques réticences, mais les professeurs se sont prêtés au jeu et sont très satisfaits de la plateforme ce semestre. Le professeur de droit des sociétés a accepté de prendre en compte les propositions des étudiants pour éclaircir certains points théoriques en début de cours. En effet, les élèves se plaignaient du manque d’information sur les séances précédentes avant les cas pratiques.

Quels autres problèmes ont été traités grâce à l’usage de Melting Vote?

Des bureaux d’associations ont pu avoir des réponses sur le refus de financement de certains de leurs projets alors qu’il y avait peu de dialogue sur ce sujet. Au prochain semestre, je vais soutenir auprès de la commission d’attribution des fonds un projet qui a été voté sur Melting Vote par les étudiants. J’ai pu également répondre aux questions sur l’aménagement de l’emploi du temps, les absences excusées pour passer le Tage Mage et l’accès aux annales des partiels de l’année dernière.

Que pensez-vous du design de l’interface, avez-vous du mal à l’utiliser?

Non, le produit est très simple, ce qui m’arrange car je n’ai pas besoin de passer du temps à comprendre son fonctionnement. La simplicité d’usage est la force de la plateforme, autant pour moi que pour les étudiants. Cependant, j’aimerais pouvoir transférer directement par mail les propositions des étudiants aux professeurs ou à mes collègues qui sont les mieux placés pour y répondre.

Un constat partagé par le personnel administratif

Dans le cas de l’Université Catholique de Lille, le constat semble partagé avec le personnel administratif qui voit dans Melting Vote l’opportunité de sortir d’une logique de représentation des étudiants par un délégué — fonctionnement qui ne permet d’obtenir qu’une vision partielle du ressenti des étudiants — et tendre vers l’instauration d’un dialogue, une meilleure implication des étudiants et une meilleure prise en compte de leur ressenti par l’encadrement.

Interviews réalisées par Antonin Druet et Maxence Bousard-Mitout.

L'article vous a plu, alors n'hésitez pas à le partager autour de vous.
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Fermer le menu